Alli Mïkï
Alli Mïkï

recettes péruviennes Alli Mïkï

Alli Mïkï vous propose des recettes simples de la gastronomie latino américaine,  en particulier péruvienne. Quelques recettes symboles de la gastronomie internationale, et des recettes "fusion"

 

Alli Mïkï est un site totalement indépendant

 

Alli Mïkï est mis à jour régulièrement

 

Vous pouvez communiquer avec l'équipe de Alli Mïkï en vous rendant sur la rubrique "Contact"

 

L'objectif de Alli Mïkï est de réaliser avec vous une cuisine de passion , responsable, aromatique, saine, très familiale…

 

 

Retrouvez dès à présent sur notre site Web Alli Mïkï toute l'actualité de la cuisine péruvienne ainsi que les meilleurs recettes par pays

FEVES ET CABOSSES DE CACAO

Cacao : Traders et Grands chocolatiers même combat

 

La hausse de la production de fèves de cacao et leur qualité  passent par des prix plus élevés.

Les grands chocolatiers comme Pierre Marcolini sont à la recherche des plus grands crus et sont capables de payer jusqu'à 9.000 à 10.000 dollars la tonne de ces crus les plus recherchés. C'est trois fois plus que sur le marché à New York.

Comme d'autres artisans chocolatiers, il se bat pour préserver les races de cacao, le savoir-faire et ainsi sauver les petits producteurs des affres du marché international.

« Nous vivons dans un monde hyperbanalisé. Pour  nous, le prix et la course folle au chocolat sont un leurre favorisé par quinze grandes marques. Le chocolat est un produit de grande consommation. Aujourd'hui, dans le monde du vin, les vignerons ont recommencé à travailler à
l'ancienne, comme dans le café. La nouvelle génération des artisans chocolatiers pense qu'elle peut redécouvrir les anciens cacaoyers, aller sur des niches de marché »
, raconte Pierre Marcolini. « Le prix le plus élevé que j'ai payé ? 12.000 dollars la tonne pour du  chuao. »

Pour autant, les traders ont la même volonté : faire augmenter le prix d'achat de la fève pour que le producteur en fournisse davantage pour répondre à la demande des marchés émergents : Chine, Inde et Brésil en tête. « Les spéculateurs ne se sont jamais autant intéressés à ce produit. Ils veulent forcer l'industrie à venir payer le prix fort pour inciter les paysans à continuer à planter, et ainsi vivre mieux de leur activité », explique Eric Sivry, responsable des activités de
courtage sur options agricoles chez Marex Spectron.

Chocolatiers comme traders préparent l'avenir gustatif du milliard de personnes supplémentaire attendus sur terre au cours des douze prochaines années. Sans parler de l'assouplissement de la politique de l'enfant unique qui a été décidé il y a quelques jours par la Chine. Déjà, dans les
grands pays en développement, en Chine, en Inde ou au Brésil où les revenus augmentent, « la classe moyenne consomme de plus en plus de chocolat "pur et dur", et les palais s'affinent », souligne Eric Sivry.

 

Article dans Les Echos France, 18.11.2013

________________________________________________________________________________

 

 

Los comerciantes ( traders) de cacao  y los grandes  maestros chocolateros frente al mismo combate



El aumento de la producción de los granos de cacao y su calidad frente a una actualidad de
precios altos .



Grandes Maestro Chocolateros como Pierre Marcolini buscan los mejores granos ( grands crus) y son capaces de pagar de $ 9,000 a $ 10,000 dolares por tonelada por estos granos de cacao tan buscados. O sea tres veces más que el precio el mercado de Nueva York.

Al igual que otros chocolateros, él lucha para preservar las razas del cacao, los conocimientos ( savoir faire) y salvar a los pequeños agricultores de los estragos del mercado internacional.

"Vivimos en un mundo híper banalizado ( trivializado) . Para nosotros, los precios y la carrera loca del chocolate son una ilusión fomentada/favorizada por quince marcas. El chocolate es un producto de consumo. Hoy, en el mundo del vino, los enólogos han empezado a trabajar de
manera tradicional, como el café. La nueva generación de artesanos chocolateros cree que puede redescubrir las antiguas plantas de cacao, trabajar nichos de mercado ", dice Pierre Marcolini. "El mayor precio que yo he pagado? $ 12.000 por tonelada por el cacao Chuao. "

Sin embargo, los comerciantes tienen el mismo deseo: aumentar el precio de compra del grano de cacao para que el productor proporcione más para satisfacer a la demanda de los mercados emergentes: China, India y Brasil a la cabeza de la lista. "Los especuladores no han estado nunca tan interesados por este producto. Quieren obligar a la industria a pagar un alto precio para que los agricultores se animen a seguir plantando, y asi que puedan vivir mejor de su actividad ", explica Eric Sivry, responsable de las actividades de corretaje de opciones agrícolas en Marex
Spectron.

Los Maestros Chocolateros , y los comerciantes del grano de cacao preparan para el futuro gustativo ( el futuro de las papillas) de mil millones de personas adicionales que se esperan en el mundo durante los próximos doce años. Y no estamos considerando aquí del cambio de la política en China a propósito del “hijo único» que se decidió durante el mes de Noviembre en China. Ya en los principales países en desarrollo, China, India y Brasil, donde los ingresos están aumentando,
"la clase media está consumiendo más y más chocolate "puro “, y el paladar se esta refinando, dijo Eric Sivry .



 

Articulo aparecido el 18 de Noviembre 2013,  en Les Echos France